Finir en grand, finir en “teal”

Quand j’ai rencontré Georg, l’amateur de sports en lui n’en avait que pour le soccer. Comme absolument tous les Européens que je connais, il appelait le hockey “ice hockey” (comme s’il y en avait plusieurs) et n’était pas fan pour la simple et bonne raison qu’il trouvait la puck trop petite: “Ça va ben d’trop vite. On voit rien!” Malgré tout, j’ai tenu bon et de fil en aiguille, mon Bavarois a commencé à apprécier le (ice) hockey à sa juste valeur.

  • G: Il va falloir que je me trouve une équipe.
  • N: Comment ça, tu prendras pas pour les Canadiens?
  • G: Heu, non. Si je suis le hockey, je vais supporter ma propre équipe.

Oui, mon chum est un gars indépendant. Quelle équipe a-t-il choisi d’après vous? C’est ça oui, les Sharks. Il a choisi les Sharks. Pourquoi? Parce qu’ils ont un logo cool. Bon… je pourrais argumenter qu’il y a de meilleures raisons de se choisir une équipe mais comme les Sharks débordent de joueurs jouant pour Team Canada, ça fait mon affaire. Et venant d’un gars IT, il semble logique qu’il ait naturellement choisi l’équipe de Silicon Valley. Enfin bref… Vous vous dites sûrement: pourquoi elle nous casse les oreilles avec les Sharks aujourd’hui? Je vous répondrai parce que.

Une dernière activité avant de prendre l’avion

Lorsqu’est venu le temps de décider de notre dernier stop, on commençait déjà à en revenir des Latins. Le chaud, la musique oufta oufta, l’inefficacité… Pour finir notre voyage, on a donc choisi un endroit où il y a de la glace, du rock psychédélique et où le client est roi. On est allé voir une game de hockey en Californie.

A day in Sharks territory

C’était la première fois que Georg assistait à une partie de la LNH. C’était déjà excitant pour lui alors je ne vous dis pas quand 1- Brett Burns, arrêté à une lumière rouge en voiture, l’a interpellé alors qu’on prenait une photo devant l’aréna (voir photo de gauche), quand 2- Marcus Sorensen s’est pointé dans la boutique des partisans alors qu’on se magasinait un t-shirt (voir photo de droite) ou quand 3- on attendait sur le trottoir pour traverser la rue avec Dougie Hamilton et la moitié de l’équipe des Flames. Maintenant, Georg croit que les joueurs de hockey, ça courent les rues. Décidément, la Vie nous en a mis plein la vue pour notre dernier weekend sur la route.

Photos

Si vous voulez voir la même chose que nous, à peu de chose près, vous trouverez l’album de la Californie ici – incluant une superbe photo de Johnny Hockey, en passant. Soyez attentifs et vous saurez aussi qui, des joueurs in teal, est mon préféré. Un indice: les commentateurs anglophones sont incapables de prononcer son prénom. À ce sujet… les Canadiens n’étant pas qualifiés pour les séries, je vous recommande chaleureusement d’écouter au moins une partie des Sharks pour ainsi découvrir leur délicieux commentateur Randy Hahn. Un virtuose des jeux de mots qui maîtrise les vérités de La Palice comme pas un, du bonbon! 

La suite

Pour une vue récapitulative du voyage, vous pouvez lire ou relire le dernier article de Georg. Pour ce qui est de ce blogue, soyez sans crainte, ce billet n’est pas le dernier. Notre séjour en sol québécois est aussi fertile en histoires. Pour le prochain article, j’hésite entre Georg et les écureuils, Georg et l’hiver en avril ou Georg et la tire d’érable. Des préférences?

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s