Canadien franco-Québécois d’origine française

En voyage, on rencontre toute sorte de monde. Dans les derniers mois, fait étonnant, nous avons rencontré plus de Canadiens / Québécois que d’Allemands. Pourquoi étonnant? Parce que les Allemands sont, selon plusieurs études, le peuple qui voyage le plus au monde. Jusqu’à maintenant, on a été bien luné. Tous les Québécois rencontrés ont consolidé l’image favorable que Georg s’était faite du Québec. Tous sauf un, rencontré la semaine passé.

Moi qui adore jaser clichés, je croyais pourtant pouvoir épargner à mon homme la vue du côté un peu colon qui se cache chez certains d’entre nous. Quelle naïveté. Je l’avoue, je ne l’ai pas vu venir. Le dividu s’est approché furtivement, par derrière. Dès qu’il a ouvert la bouche pour s’adresser à Georg, j’ai su que c’était foutu. C’est donc impuissante (et un peu agacée) que j’ai assisté à la première rencontre de mon Bavarois avec un Elvis Gratton.

  • Elvis: Do you live here? Heu… in the hotel?
  • Georg: Yes, we stay her…
  • Elvis: Where you from?
  • Georg: Germa…
  • Elvis: Ah! Sorry (and gone)

Hein? T’es désolé parce que tu l’as interrompu, parce qu’il vient d’Allemagne, parce qu’il ne vient pas d’où tu pensais qu’il venait ou parce que tu dois te pousser au milieu d’une conversation que tu as toi même initié, pour aller brasser de grosses affaires au comptoir i.e. interroger le barman sur le prix des ananas au Costa Rica? La pause n’aura été que momentanée. M. Gratton est revenu à la charge avec les typiques questions Combien ça coûte? Combien t’as payé ça?, suivis d’une kyrielle de faits armes, exploits et autres tribulations, débités sur un ton suintant l’auto-satisfaction. Devant un tel tableau, je n’avais clairement pas assez d’yeux à rouler.

La bonne nouvelle dans tout ça, c’est qu’avec cette rencontre, Georg a une compréhension améliorée de la culture québécoise. Pas que c’est la première chose que j’aurais aimé lui apprendre mais bon, on prend ce qui passe!

Une touche feuille d’érable

En packtant Doity il y a 9 mois, j’ai pris soin de n’y mettre que l’essentiel (!) afin d’éviter tout poids superflu. Parmi quoi, un foulard, que j’ai plié avec soin et trimballé partout pour pouvoir le sortir précisément ces jours-ci, pour les Jeux Olympiques.

Je ne sais pas qu’elles étaient mes attentes, sachant pertinemment qu’en février, je serais dans un pays qui n’a jamais vu neiger, mais je me disais qu’avec les Internets, tout était possible. C’était négligé le pouvoir de la géolocalisation. L’impossibilité de visionner une compétition live me désappointe drôlement. Certes, je n’ai pas pipé mot à notre Elvis de peur de me trahir avec mon accent, mais ça ne veut pas dire que je n’ai pas besoin d’aller fanfaronner ma nationalité de temps à autre.

Prochaines étapes

Notre séjour costaricain est pratiquement terminé. Nous mettrons sous peu le cap vers Cuba pour une vingtaine de jours.

Pour l’album-photo du Costa Rica, cliquez ici.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s