Opinions de seconde main

Ça fait maintenant plus d’un mois que nous sommes au Brésil. À ce stade, je souhaite prendre position. C’est que ça fait un bout que je ne me suis pas exprimée contre quelque chose… 😉

Rio, on n’a pas aimé ça.

Affirmation impopulaire, j’en conviens. C’est presque aussi choquant que lorsque j’ai déclaré mon “non-amour” pour Rome. Rio a une réputation. Rio a de la visibilité. Rio est encensé par les gens qui l’ont visité. Rio, c’est le Cristo Redentor, Copacabana, le Sugar Loaf. Rio, c’est les caipirinha et les churrascaria. Rio, c’est la fête. Alors, qu’est-ce qui cloche?

C’est simple. L’énergie, les expériences, les gens rencontrés. Pour nous, Rio, c’est aussi le monsieur arrogant à la banque, l’incompétente commis du tramway, l’indéchiffrable système de transport en commun, l’impression de toujours payer trop cher, les heures d’ouverture non-respectées, les buildings qui tombent en ruine, les douchebags sur la plage, le chauffeur de taxi qui voulait nous écraser et notre désolante visite du Christ Rédempteur.

Cristo Redentor

Mardi dernier, dernière journée à Rio. Après quelques jours de pluie, on voit l’occasion de visiter le Christ Rédempteur se dessiner. On décide de faire la randonnée qui mène au haut de la colline. S’échapper dans le vert et faire un peu d’exercice nous semble être une bonne idée. Au début du sentier se trouvent une petite cabine pour s’enregistrer et une affiche, bien visible: Danger. Haut risque de vols à main armée sur ce sentier. Ça commence bien. Mais comme il y a six autres touristes qui se sont enregistrés dans l’heure avant nous, on décide d’y aller quand même (allô maman). Je vous rassure, iI n’est rien arrivé de fâcheux… sur le sentier.

Après deux heures de montée, accompagnés de notre toujours très apprécié ami humidex, nous atteignons enfin l’accueil. Jésus, nous voici! Il est 14h45. Le site ferme à 17h. Mais pas cette journée-là…

  • G: Qu’est-ce que qui se passe?
  • Garde: Le parc est fermé aux visiteurs.
  • G: Mais il n’est même pas 15h.
  • Garde: Il y a un événement privé plus tard, le site est réservé. On a fermé plus tôt.
  • G: Écoutez, on a monté à pied jusqu’ici. Personne en bas n’est informé. Comment pouvait-on savoir que l’horaire était différent aujourd’hui?
  • Garde: Désolé monsieur, c’est comme ça.
  • G: Vous êtes certain qu’on ne peut pas y aller quelques minutes? On repart demain, on ne peut pas revenir.
  • Garde: Non, c’est fermé.
  • G: Mais, il y a encore des visiteurs sur le site.
  • Garde: Désolé monsieur, je ne peux rien faire.
  • G: Vous pouvez venir avec moi, j’aimerais seulement prendre une photo.
  • Garde: Vous pouvez prendre votre photo ici. Le site est fermé. Je ne peux rien faire.

On l’a pris finalement notre photo. D’un angle imprenable. Juste à côté du garde et du tourniquet barré.

Jésus, vu du parking

Appliquer aveuglément les directives. Ne prendre aucune initiative. Se dégager de toute responsabilité sans savoir si c’est justifié ou non. Surtout, ne pas chercher de solution. On parle juste d’une des sept merveilles du monde ici après tout.

Opinions de seconde main

En redescendant la colline, on s’est questionné. De tous les voyageurs qui nous ont parlé du Brésil, aucun n’avait de mauvais commentaires à propos de Rio. Et étonnamment, tous avaient quelque chose de négatif à dire à propos de São Paulo: sale, bruyante, dangereuse, y’a rien à faire là, une perte de temps. Pourtant, on a eu du fun à São Paulo. Les gens étaient gentils, la bouffe était bonne, le métro ultra-efficace. On a vu de belles choses, on ne s’est jamais senti menacé… Cherchez l’erreur.

Bien sûr, nos compagnons voyageurs auraient peut-être changé leur discours s’ils avaient été valider leurs dires eux-mêmes. Comment comparer deux villes quand on n’en connaît qu’une? “Oui, mais si on croit ce qu’on en dit…” Je comprends. Le temps dédié au voyage est limité. Il faut choisir la destination avec soin. Et comme il y a beaucoup d’argent impliqué, mieux vaut faire le bon choix. Choisir les valeurs sûres.

Dans le monde du voyage, comme dans la vie en général, les opinions sont normalisées. Il semble y avoir un consensus à propos des places à voir, des choses à faire. Que sait-on de Rio? Les images qu’on en voit sont magnifiques et elle abrite l’une des sept merveilles du monde. São Paulo? Ville de plus 12 millions d’habitants, on ne connaît aucune de ses attractions principales. Mais gros d’même, ça doit être sale et dangereux. C’est exactement ce genre de raisonnement qu’on nous ont servi au détour d’un tour guidé ou d’un hall d’hôtel. Nos propres attentes se sont ainsi forgées au contact de ces opinions de seconde main, véhiculées sans retenue, ni nuance. Et qu’est-il arrivé? La beauté connue (et réelle) de Rio n’a pas réussi à effacer le sentiment de déception qui nous a habité tout au long de notre séjour là-bas.

Vous savez maintenant pourquoi je n’écris jamais de palmarès au sujet des meilleures destinations ou activités à faire ici et là. Parce que notre expérience est unique et qu’elle n’est pas garante de ce que vous pourrez ressentir à visiter les mêmes endroits que nous. Souvenez-vous qu’une destination voyage, c’est bien plus que ce qui est écrit dans le Lonely Planet ou ce que Marie et Jean-Marc ont entendu dire sur leur bateau de croisière.

L’Amazonie et la Colombie

C’est donc avec plaisir (et soulagement) que nous sommes arrivés à Manaus, il y a quelques jours. Le retour dans la jungle fait du bien. Voici en rouge nos prochaines étapes.

Pour l’album-photo du Brésil, incluant (pour l’instant) les villes en bleu, cliquez ici.

Advertisements

3 thoughts on “Opinions de seconde main

  1. Pingback: Six mois de voyage | Exploring The Rabbit Hole

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s