Une chambre à Buenos Aires

Aujourd’hui, dernière journée à Buenos Aires, nous sommes allés au gym. Oui, au gym. Quel gaspillage me direz-vous et je vous répondrai: “Non, pas tant.” D’abord aujourd’hui, il pleut à boire debout. Aussi, après 17 semaines sur la route, c’est correct de ne pas être toujours sur la trotte. Enfin, parce qu’après 17 semaines sur la route justement, on commence tranquillement à ressentir le manque de certaines choses qui faisaient partie de notre quotidien: Butterbrezn, Weißwürste, les déjeuners en général – sérieusement, la culture du déjeuner avec un pain décent, c’est pas mal juste dans le monde occidental que ça existe – du vrai lait et par la bande un bon cappuccino – parce qu’avec leur lait stérilisé… – et faire du sport sur une base régulière.

Mon corps est habitué d’aller courir trois fois par semaine mais depuis le début du voyage, à part les quelques randos péruviennes, c’est l’inactivité la plus complète. Et après mes mésaventures alimentaires boliviennes, où je vomissais littéralement aux quatre jours, mon corps avait besoin d’un sérieux décrassage. Alors que je disais à Georg il y a quelques jours que je voulais trouver un endroit à Buenos Aires où aller courir, un gym nous est tombé du ciel. Grâce à Airbnb…

Nos expériences Airbnb

Lorsque nous nous arrêtons plus de trois jours quelque part, Airbnb est notre option d’hébergement préférée. Je n’ai jamais été un poisson dans l’eau dans les auberges de jeunesse alors quand je peux m’en sauver… La différence majeure entre les deux modes d’hébergement est simple. Avec Airbnb, on rencontre dans gens qui vivent dans la ville que l’on visite. Dans les auberges de jeunesse, on rencontre d’autres voyageurs jeunes, très jeunes ou très très jeunes. Personnellement, je préfère les conseils et histoires des locaux et règle générale, leur expérience de vie m’intéresse aussi davantage. Nous avons partagé trois appartements à Buenos Aires. Ce n’était pas prévu mais au final, c’était une bien bonne chose.

Pour les deux premières chambres, les photos sont tirées directement d’Airbnb. 

CHAMBRE #1: Vivre dans un ancien palace avec un couple russe hippie.

Située dans un quartier d’immigrants, au premier étage d’un palacio, la chambre était tout simplement irréelle. Tout droit sortie des vues. On n’a donc pas été surpris quand nos hôtes nous ont expliqué qu’il y aurait une équipe de tournage au rez-de-chaussée pour la durée de notre séjour.

Ce qu’on a appris des hôtes? Nos hôtes vivent en Amérique du Sud depuis plusieurs années. En discutant avec eux, ils nous ont expliqué leur parcours et comment ils ont réussi à se développer un travail qui leur permet de rester à l’étranger aussi longtemps qu’ils le désirent. Utile.

Pourquoi on est parti? On avait réservé quatre nuits au départ et malgré notre envie de rester, la chambre n’était plus disponible pour les dates subséquentes.

CHAMBRE #2: Appartement bohème avec un musicien chilien.

Situé près de l’Opéra, l’appartement un peu bric-à-brac était tout près des points de départ des tours guidés. Hyper central, on pouvait visiter les grandes attractions à pied. Pis, sérieusement, comment résister à la murale marine?

Ce qu’on a appris de l’hôte? Où aller manger la meilleure pizza en ville!

Pourquoi on est parti? Problème d’eau. Il n’y avait tout simplement plus d’eau, ni chaude, ni froide. Mais comme tout était un peu pété dans l’appartement, ça ne nous a pas surpris outre mesure disons…

CHAMBRE #3: Le luxe moderne avec un couple argentin / uruguayen

Suite à notre problème d’eau, on a dû se r’virer sur un dix cennes. On a abouti dans un quartier chic, dans un immeuble de 35 étages, dans un appartement avec vue. Vous auriez dû nous voir essayer d’expliquer en espagnol au gardien à l’entrée qu’on avait loué une chambre sur Airbnb. Il a fini par nous laisser entrer et c’est ainsi que nous avons rencontré nos hôtes, charmants au possible, qui accueillaient des visiteurs pour la première fois.

Ce qu’on a appris des hôtes? En plus d’une tonnes de recommandations resto, nous avons pu, avec leur aide, raffiner notre itinéraire pour l’Uruguay. Ils nous ont aussi présenté à leur groupe d’amis, qui nous ont bombardé d’idées de trucs à faire / à voir dans la ville. En allant se coucher hier, il nous a semblé clair qu’il faudrait revenir.

Pourquoi on va partir? Parce qu’on ne peut pas rester! Pis parce que demain, un nouveau pays nous attend!

Pis le gym dans tout ça? Faisait partie de l’immeuble, comme la buanderie. On aurait été fou de ne pas en profiter! On va sortir d’ici propre, en forme et enchanté d’avoir rencontré de si belles personnes.

Buenos Aires

Un petit mot sur Buenos Aires comme tel. J’en ai parlé plus haut, on commence peu à peu à ressentir le manque de certaines choses. Après trois mois au Pérou et en Bolivie, pas besoin de vous dire que j’en avais plus qu’assez du quinoa et du fromage andin. De l’autobus, en arrivant en ville, nous avons tout de suite ‘spotté’ un Carrefour, épicerie d’une chaîne française. Signe prometteur de notre retour dans une civilisation multiculturelle! Je vous le dis, je ne me souviens pas avoir jamais été autant excitée à l’idée d’acheter un brie. La suite n’a pas déçu. Ville à forte influence européenne, Buenos Aires m’a complètement charmé. Je suis tellement emballée que je ne saurais comment vous la vanter. Je ne vous dirai qu’une chose: avant d’arriver à Buenos Aires, je maintenais une moyenne de 0.3 verre de vin par semaine. Par semaine. Je le soulignerais si WordPress me le permettait. À la veille de notre départ imminent, après huit jours dans la capitale, ma moyenne au bâton est maintenant de 0.95 verre de vin par semaine. Tout est dit.

Pour les photos d’Argentine, cliquez ici. Il y a aussi une addition Photos au menu du blogue si vous voulez accéder à nos albums directement.

La suite

La suite, c’est l’Uruguay. Qu’est-ce qu’il y a à faire en Uruguay me demanderez-vous? En plus de Colonia, notre premier arrêt – ville magnifique à ce qu’il paraît, nous irons à la plage et dans un ranch. Ben oui, un ranch! Nous verrons alors s’il y a un peu de sang gaucho qui coule dans nos veines…

Advertisements

3 thoughts on “Une chambre à Buenos Aires

  1. Pingback: Addendum Buenos Aires | Exploring The Rabbit Hole

  2. Pingback: Réflexion économique uruguayenne | Exploring The Rabbit Hole

  3. Pingback: Six mois de voyage | Exploring The Rabbit Hole

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s